Syndicat des Psychiatres Français

Association Française de Psychiatrie

Pour une santé mentale à dimension humaine



Accueil
Syndicat
Association

La Revue

La Lettre

Congrès et DPC
Annonces
Actualités

Espace adhérents

Contact

L’ASSOCIATION FRANÇAISE DE PSYCHIATRIE

Congrès et DPC

Toute l’actualité des congrès et DPC passés et à venir

 

Colloque

le 25 mars 2022 : Comment les enfants réussissent ou échouent à apprendre aujourd’hui. Les troubles des apprentissages entre protocoles et relations pédagogiques

COMMENT LES ENFANTS RÉUSSISSENT OU

ÉCHOUENT À APPRENDRE AUJOURD’HUI.

Les troubles des apprentissages entre protocoles et relations pédagogiques

L’ASSOCIATION FRANÇAISE DE PSYCHIATRIE 

PROPOSE

un colloque  sur le thème 

COMMENT LES ENFANTS RÉUSSISSENT OU

ÉCHOUENT À APPRENDRE AUJOURD’HUI.

Les troubles des apprentissages entre protocoles et relations pédagogiques

le vendredi 25 mars 2022, à PARIS

en colaboration avec le site d’information ToutEduc

 

mise à jour le 2 décembre 2021

ARGUMENT :

 

Les Troubles de l’Apprentissage sont, depuis longtemps, un des principaux motifs de consultation en pédopsychiatrie. Ils sont également l’un des soucis majeurs de l’enseignement. Chez les pédopsychiatres, ils ont été ainsi au centre des conflits générés par leurs interactions avec l’école et la place qu’elle fait à l’enfant derrière celle qu’elle donne à l’élève. Quant aux enseignants, ils se sont longtemps divisés entre « pédagogues » qui considèrent que tout apprentissage suppose une activité subjective de l’enfant et anti-pédagogues, qui privilégient la transmission à l’élève d’une culture patrimoniale et de savoirs qui cherchent à échapper à tout relativisme. Pour les psychiatres d’enfants comme pour les pédagogues, le conflit entre enfant et élève est donc devenu structurant quand ce n’est pas identitaire.

C’est donc avec un peu de surprise et beaucoup d’intérêt que l’on a vu ces dernières années apparaitre une nouvelle distribution de ces conflits devenus classiques.  En pédopsychiatrie comme en science de l’éducation, avec un parallélisme frappant mais dans une méconnaissance réciproque, on constate en effet l’importance prise par des modèles se réclamant sans réserve, d’une science cognitive suffisamment sûre d’elle-même pour imposer ses formes d’approche du problème, car, dans la pédagogie comme dans les protocoles thérapeutiques, elle estime disposer aujourd’hui d’instruments d’évaluation des méthodes qu’elle défend pour pouvoir les imposer en éliminant toutes les autres. Se présentant comme basée sur des preuves aussi opposables que celles qui relèvent des paradigmes biomédicaux, cette conception de l’enseignement rend difficile de soutenir, ou même définir, dans des termes équivalents, ce qui serait l’attitude contraire ; si bien que seules restent les métaphores pour évoquer l’importance donnée aux sujets, élèves dans les pratiques des enseignants ou des thérapeutes. Il s’agit de ce que face aux protocoles d’apprentissage, nous avons pris le parti d’appeler les relations d’apprentissage en utilisant la polysémie du concept, qui implique toutes les personnes engagées dans les processus d’apprentissage

Avec l’objectif de réunir ces différents partenaires dans un questionnement commun, ce colloque se demandera si l’hégémonie que revendiquent les sciences cognitives et les approches neuronales sont fondées sur des données probantes suffisantes ou si elles sont une nouvelle figure de la démesure qui a souvent été dénoncée concernant les théories qui sous-tendent les positions pédagogiques ou thérapeutiques (Ivan Ilitch, Carl Roger) ? On s’interrogera également sur les effets de ces mouvements sur les premiers concernés : les enfants/élèves au nom desquels les nouvelles perspectives ont été introduites. Au-delà, on pourra également questionner les valeurs que véhiculent ces différentes conceptions de l’éducation, leurs finalités implicites

En considérant en même temps les réformes engagées dans l’école et celles qui sont promues dans la pédopsychiatrie et la clinique, l’AFP a donc pensé qu’il était temps de considérer ensemble ces deux versants du même problème, plutôt que de les laisser continuer à se développer en parallèle ou en silo. Entre enfants et élèves, protocoles et relation d’apprentissage, symptômes instrumentaux et constellation des dys, cognitions et affects etc., l’AFP vous propose de le faire dans un colloque ouvert visant, selon son habitude, à croiser des points vus qui tendent à s’exclure mutuellement, si on ne fait pas un effort particulier pour les réunir. Suspendre, en somme, le temps d’un colloque au moins, la véhémence militante que les mouvements récents ont pu susciter, pour réfléchir ensemble sur leurs motifs et leurs effets sur les enfants/ élèves.

Elle a choisi de le faire en étroite liaison avec un média, ToutEduc, site d’information spécialisé en éducation dont le rédacteur en chef, Pascal Bouchard, suit ces débats théoriques et pratiques depuis bientôt quarante ans.

AVEC LES INTERVENTIONS DE  : 

 Les Prs Denis KAMBUCHNER, Philippe MERIEU, Grégoire BORST,
Edouard GENTAZ, Yves REUTER, Mario SPERANZA, le Dr Nicole CATHELINE,
et Mrs Luc Henry CHOQUET, Emmanuel BRASSAT, Pascal BOUCHARD

 

Lieu :  

AQNDC – Salle de Conférence Notre Dame – 92bis boulevard du Montparnasse – 75014 PARIS

Accès : 

Métro : Montparnasse-Bienvenüe (lignes 4, 6, 12, 13) – Vavin (ligne 4) – Edgar Quinet (ligne 6) – Notre-Dame-des-Champs (ligne 12)

Durée de la formation :  

9h00-12h30 et 14h00-18h00 (7h30)

COMITÉ SCIENTIFIQUE ET D’ORGANISATION :

 Michel BOTBOL, Jean-Louis GRIGUER, Pascal BOUCHARD, Emmanuel BRASSAT, Maurice BENSOUSSAN